Même nous on bosse!

Après avoir fait un parcours touristique sans faute dans le Nord du Guatemala, nous mettons le cap au sud-ouest, direction les « Highlands ». On prend les chemins de traverse et après une journée de route assez fatigante (lors de laquelle on emprunte des sortes de pistes où passent les voitures après des éboulements à faire pâlir les plus habitués de la route du littoral…), on arrive à Quetzaltenengo, deuxième ville du pays, surnommée « Xela ».

Cette ville est réputée pour sa tranquillité, un mode de vie assez traditionnel avec des coutumes mayas, mais aussi pour ses écoles d’espagnol. On décide d’y prendre une semaine de cours car les écoles proposent des formules bien pratiques : cours le matin, seul avec un professeur, logement dans une famille et activités avec les autres étudiants organisées par l’école. On prend une formule « intensive » puisqu’on suit 5 heures de cours et qu’on loge dans 2 familles, histoire de profiter d’expériences différentes et d’avoir plus d’occasions de parler.

Je dois dire que j’ai eu beaucoup de chance : j’ai eu une professeur faisant des études de pédagogie et j’ai logé dans une super famille. C’est une famille de classe moyenne ++, composée des parents, de leurs deux grandes filles et d’une domestique. Les parents sont directrice d’école primaire et présentateur radio (ça ne s’invente pas!) et les filles font des études de médecine pour l’une et de droit pour l’autre.

J’ai été très bien reçue, les parents s’intéressant aux modes de vie occidentaux et racontant plein de coutumes et problèmes du Guatemala. Les deux filles n’ont pas été d’une grande compagnie, plantées devant la télé à « étudier » la plupart du temps. Par contre, la « domestique » était très sympa et pleine de joie de vivre malgré sa situation plutôt difficile. A à peine 20 ans, elle doit travailler loin de son village pour nourrir son enfant de quatre ans élevé par sa mère (elle ne le voit qu’une fois tous les 2/3 mois) depuis que son mari, parti tenter sa chance illégalement aux USA comme beaucoup de Guatémaltèques, a refait sa vie là-bas… Et il lui faudrait abandonner son enfant si elle voulait, elle aussi, refaire sa vie…

Dans cette famille, malgré le kitsch ambiant, la façon de vivre est assez proche de la nôtre. Les parents sont habillés en costard, il y a internet, les 2 filles sont fans de MTV et de séries américaines plus débiles les unes que les autres. Par contre, curiosité pour moi, la famille n’a pas de machine à laver le linge. Heureusement, il y a la bonne…

J’ai très bien mangé dans cette famille qui a d’ailleurs invité Ronan deux fois à dîner car le pauvret n’a pas été aussi bien loti. J’ai aussi préparé un repas français ’achement équilibré : quiches, gratin dauphinois et crêpes ! Il faut dire que la viande est chère donc on fait avec les moyens du bord. En tout cas, ils ont eu l’air d’apprécier. Et Ronan aussi bien sûr, avec ses crêpes !

La famille de Ronan, plus « typique », était d’un niveau plus modeste et logeait quatre étudiants : deux Guatémaltèques allant à la fac à Xela, une étudiante américaine en médecine venue apprendre l’espagnol pour soigner les hispanophones aux States et Ronan. La « logeuse », une femme d’âge mûr, vit seule avec sa mère. Toutes deux étaient bien sympathiques et bien amable, comme on dit ici à tout bout de champ, mais avec un zeste de « vie de famille » (qui se limitait aux repas pris entre étudiants) en plus, le séjour aurait été plus profitable.

Famille de Ronan

Famille de Ronan

Par contre, un point commun aux deux familles est la tienda, sorte de « boutique chinoise » attenante à la maison et qui vend chips, sodas, mayonnaise, piles et autres. Dans ma famille, il y avait une sorte de meule pour faire une pâte avec du maïs et de l’eau. Dès 6 heures le matin, c’est le défilé car chaque jour, les familles préparent leurs tortillas (consommées matin, midi et soir).

En dehors des cours et du temps passé dans la famille, nous avons effectué pas mal de petites excursions avec l’école. Sources d’eau chaude naturelle sortie tout droit d’un volcan, cours de cuisine, rando pour voir des coulées de lave (c’est d’un exotisme…) et même cours de salsa pour Ronan (pendant ce temps je cuisinais… ggrrr!!) On a également été en rando voir une lagune nichée dans le cratère d’un volcan. Le temps était bien gris, mais cela rajoutait au côté mystique de la scène, car à cet endroit se déroulent des cérémonies mayas. On a aussi pulvérisé le record de vitesse pour faire cette rando ; il faut dire qu’on été traînés par un Suisse et un Argentin complètement locos !

Plus de photos

9 Responses

Write a Comment»
  1. Sympa votre blog!

    Ronan, hablas espanol ahora o solo ronanol?

  2. FRET Christine

    Je viens de découvrir ce nouvel article de la fête du Travail (Garrance a d’ailleurs 2 ans aujourd’hui) et une fois de plus, bravo pour ces magnifiques photos et les détails les accompagenant ; je trouve que Céline fait plus « locale » que Ronan mais on ne le voit pas en costume traditionnel non plus !
    Ces contacts en famille, outre l’aspect de l’apprentissage de la langue, doivent être très riches du point de vue culturel et humain ; vous allez ensuite pouvoir faire un reportage, style « Connaissances du Monde » …
    J’espère que la grippe A, comme on l’appelle désormais, ne vous atteindra pas car, ici on ne parle que de ça …
    Bonne route pour la suite de vos aventures et à très bientôt.
    Gros bisous à vous deux.

  3. Pierre

    Le lac a l’air pas mal, il faudrait le signaler pour le tournage de Sleepy Hollow 2!!! Sinon ça a l’air vraiment bien la vie chez l’habitant!
    Bises,
    Pierre

  4. Micheline/james

    Hello vous deux,

    Toujours des photos magnifiques mais, vous le savez car je ne dois pas être la seule à vous le dire.
    C’est vrai que je n’aie pas l’impression que vous soyez aussi loin et je ne regrette pas d’avoir pris quelques cours informatiques ce qui me permet de vous suivre et d’avoir souvent de vos nouvelles par Internet.
    Effectivement, toi Céline tu étais dans un famille évoluée et fort sympha.Le père et la mère ne sont pas mal du tout et ont de bonnes situations ce qui ne doit pas être courant dans ce pays.Les filles suivent leurs traces étant donné les études qu’elles font.
    Bravo à la Pro de la Crêpe.En plus, tu es super en costume local mais 6 Kgs c’est beaucoup.Par contre, je crois que tu as perdu quelques kilogs ce qui n’est pas étonnant avec les marches que vous faites.
    Après ton menu « bien équilibré » ils ont dû tous aller se coucher….. La bonne à du courage car sa vie ne doit pas être très drôle.
    La famille de Ronan avait l’air d’être d’un autre âge c’est peut-être pourquoi elle était moins sympa que la tienne.J’espère qu’il est content quand même de son séjour.
    Super photo du groupe d’étudiants.Là, tu parais moins grande..
    J’aurai bien aimé être dans la source d’eau chaude.C’était certainement super.
    A voir Ronan, comment va être la barbe dans 1O mois?
    Les rituels mayas ont l’air inquiétant ?
    Encore merci de vos bonnes nouvelles.Je vous adresse de très grosses bises.James

  5. Olivier

    Oté !
    Le Guatemala ça a l’air bien et vous devez bien progresser en espagnol…il est déjà loin le temps où Céline ne pouvait que commander un pantalon de vacher
    Et sinon, pourquoi Ronan est-il en jupe sur la photo d’étudiants ? Coutume locale ?
    Teneis suerte porque nosostros, debemos trabarjar en la grisailla parisiana
    Nu artrouv !

  6. turbergue

    Salut Amigos
    Comme tu le dis dans ton mail,j’ai 1 peu la mémoire qui flanche mais tu vois je n’ai pas oublié de venir faire une petite randonnée sur votre blog.
    Camarades,vous ressemblez vraiment à des locaux sur les photos( surtout Céline ). La première famille de Ronan n’avait pas l’air tres typique( informatique beurk,MTV rebeurk)mais heureusement il y a la bonne(et pas seulement pour les caleçons, son histoire devait être passoinnante)
    Continuer bien votre aventure
    poutoux à tous les 2,ole
    Bruno
    Ps tu vois mathouille,je suis aussi fort en anglais qu’en espagnol( environ 3 mots de vocabulaire sans vraiment être sûr)

  7. Josette

    Après notre petite virée en Normandie, sans aventure ni dépaysement, quel joie de se trouver projetés au Guatémala où la température a fraichi, fermez les yeux vous êtes en Normandie….

    Bravo pour les cours intensifs en espagnol, l’hébergement en famille d’accueil, super pour l’immersion. Voilà d’intéressants contacts et découvertes humaines et de quoi « garnir un peu » votre carnet d’adresses…. Revez-vous déjà en Espagnol ? Communiquez-vous exclusivement entre vous en Espagnol ? Be carreful n’oubliez pas aussi de cultiver le Créole, langue indispensable pour votre re-insertion dans plusieurs mois.
    Continuez à nous faire rêver et à bientôt,

    Gros bisous de nous deux,
    Josette

  8. Rémi

    J’avais simplement envie, moi aussi, de dépouceler activement votre blog (il serait plus exact, vu les divers et nombreux commentaires déjà laissés, de dire que c’est votre blog qui est en train de me dépouceler… bref).
    Petite question toute bête… :
    Vous (tu) avez (as) laissé Ronan seul, sans surveillance et livré à lui même dans une famille Guatémaltèque innocente… et ça va ?

    bisous en masse

  9. Jenny

    C’est super, je suis fière de vous, prenez soin de vous. A bientôt. Bisous

Leave a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*