Honduras

Mini Fiche Pays :

Trajet au Honduras

Trajet au Honduras

Capitale : Tegucigalpa
Population : 7 639 327 (2008)
Superficie : 112 090 km²
(plus grand que le Portugal)
Monnaie: Le Lempira.
Pendant notre séjour, 1 € = 25,4 lempiras

Quand ?

Date d’arrivée : 8 mai 2009
Date de départ : 18 mai 2009

Articles :

- Entre Guatemala et Honduras
- H2Onduras

Cuisine :

Pas grand-chose à en dire, nous n’avons pas beaucoup eu l’occasion de manger local. Entre les superbes pâtes que nous nous préparions au centre de plongée et la saucisse allemande dénichée au rafting, on a un peu moins eu droit au pollo à toutes les sauces… Surtout qu’on a pu manger pas mal de poisson.
Les bases de la cuisine locale ne changent pas par rapport aux pays précédents.

Notre Honduras en chiffres :

Budget : 98 euros par jour pour 2 (si on enlève la plongée, ce qui est forcément approximatif, on arrive à une moyenne plus réaliste d’environ 58 euros par jour pour deux)

Route : 19 heures de bus pour environ 910 km, soit 1h30 de bus par jour

Vitesse moyenne : 48 km/h

Notre ressenti:

Après le Guatemala, le Honduras nous apparaît moderne et plutôt plus clean. Des maisons en dur, des gens habillés à l’occidentale, des routes plutôt bien asphaltées… Il faut dire que nous n’avons pas vu un Honduras très authentique, entre les ruines de Copan, Utila blindée de gringos touristes et d’expats (profs de plongée, restaurateurs…) et le raft.
Il paraît que le pays était bien en avance au niveau développement par rapport à ses voisins centraux-américains, malgré une corruption et un niveau de violence assez importants. L’ouragan Mitch de 1998 a pourtant renvoyé le développement économique du pays des dizaines d’années en arrière.
Cette avance dans le développement est en partie due au fait que le Honduras n’a pas connu de guerre civile comme le Guatemala ou le Nicaragua. Les Etats-Unis ont ici réussi à s’implanter durablement et à ainsi éviter les remous. C’est, depuis qu’on est parti, le pays dans lequel on voit le plus d’enseignes américaines, Pizza Hut, Burger King et Mac Do bien sûr, mais aussi, et là c’est nouveau, la chaîne de fast food Wendy’s et Dunkin’ Donuts par exemple. En bref, de la grande gastronomie…
L’origine de la présence des Américains au Honduras remonte au XIXème siècle et à l’essor du commerce de la banane, qui a représenté jusqu’à 66% des exportations du pays! (dès 1918, 75% des plantations appartenaient à des compagnies américaines…) La puissance des compagnies bananières était alors telle que la guerre économique entre les deux principales sociétés s’est rapidement transformée en guerre politique, chaque compagnie trustant un des principaux partis politiques du pays. L’expression « république bananière », née avec les ingérences de la compagnie United Fruit qui a fait des ravages dans toute l’Amérique Centrale, prend ici tout son sens… Depuis, les Etats-Unis interviennent régulièrement plus ou moins directement dans la politique du pays pour défendre leurs intérêts. La présence militaire américaine s’est renforcée depuis les années 80, le pays ayant en particulier servi de base pour former et équiper les « Contras », dont la raison d’être était de chasser du pouvoir au Nicaragua les sandinistes, qui étrangement ne plaisaient pas à l’administration Reagan…

Leave a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*