H2Onduras

Notre séjour au Honduras est placé sous le signe de l’eau, mais contrairement à notre semaine à San Pedro il ne s’agit pas cette fois de pluie!
Eau de mer tout d’abord. L’île d’Utila, au nord du Honduras (et donc dans la mer des Caraïbes si vous avez bien révisé votre géographie) est un petit paradis pour les « backpackers » qui veulent s’adonner aux joies de la plongée. La seule « ville » de l’île est surtout constituée par une rue principale où sont alignés clubs de plongée, restos et petits commerces. L’île est reliée au continent par un ferry qui la ravitaille deux fois par jour en vivres et en touristes. A l’arrivée du ferry, c’est la foire d’empoigne entre les écoles pour rameuter les aspirants plongeurs chez elles. Après avoir visité trois écoles, nous jetons notre dévolu sur Cross Creek qui nous paraît sérieuse et où nos amis Amélie et Sylvain ont été quelques mois auparavant.
Céline, qui a déjà son premier niveau français, commence par une petite remise à niveau et une fun dive (plongée pour le plaisir pour les non-anglophones :p), ce qui lui redonne la motivation nécessaire pour passer l’ Advanced, le deuxième niveau du système américain. De mon côté je m’inscris aux cours pour obtenir le premier niveau, l’ Open Water. Nous sommes hébergés à cinquante mètres de la salle de classe, le bateau qui nous emmène plonger étant à peine plus loin. Je serai d’ailleurs le seul à fréquenter les bancs de l’école et à potasser les cours (il y a un examen à peu près du niveau des cinq premières questions de Qui veut gagner des millions), Céline n’ayant pas de cours théorique… Elle a donc tout le loisir de profiter des hamacs et de skyper pendant ce temps…

Niveau plongée, j’avais déjà fait un baptême à la Réunion, mais là c’est un peu comme si j’avais sauté dans le grand bain! La prof, Kim, était très bien (d’aucuns diraient que c’était même une bonne prof, voire l’inverse) et notre petit club des cinq débutants plutôt agréable. Céline, de son côté, a fait cinq plongées « spécialisées » dont une plongée profonde (pour aller voir une épave!), une plongée de nuit et une plongée d’orientation (apparemment son sens de l’orientation légendaire l’est encore plus munie d’une boussole sous-marine!). Une fois nos diplômes en poche, nous sommes allés plonger ensemble et j’ai enfin vu ma première tortue sous-marine, depuis le temps que je bassinais Céline avec ça!

De manière générale, on a vu beaucoup de poissons aux formes et aux couleurs exotiques, mais comme on n’a toujours pas de coque étanche pour l’appareil photo, vous devrez vous contenter de les imaginer! Ah, si, la star d’Utila est le requin baleine, et lui on l’a vu :

Requin baleine

Requin baleine

ou presque… L’original n’était pas là lors de notre passage sur l’île, faudra revenir!

Après cette petite semaine de plongée, nous décidons de goûter un peu aux joies de l’eau vive en affrontant le Rio Cangrejal, rivière réputée pour le rafting.
C’est à bord d’un tout petit raft (nous sommes 4 en comptant la guide) que nous descendons le parcours, annoncé comme assez technique. Effectivement, on est bien secoué dans les rapides et il faut parfois vraiment s’accrocher pour ne pas passer par-dessus bord. Après un « saut » particulièrement mouvementé, Céline pense que le plus dur est passé et relâche sa vigilance. Pas de chance, un petit à coup et :

Un peu plus tard, un autre « saut » qui nous paraît bien plus facile que ce qu’on a fait auparavant aura raison de nous tous :

Un petit déséquilibre à l’arrivée et hop, c’est le « flip ». Notre premier à tous les deux, on peut dire qu’on a apprécié!

Et voilà, c’est déjà l’heure de rejoindre le Nicaragua!

Un peu plus de photos du Honduras

Entre Guatemala et Honduras

Alors tout d’abord pour commencer, une petite rectification concernant le « jeu du coiffeur » qui en réalité, n’en était pas vraiment un : c’est simplement que j’ai suggéré finement, comme je sais le faire, à Ronan d’essayer une coupe « militaire » pour ses côtés pratiques lors de notre voyage alors nous avons profité d’une après-midi pluvieuse pour tenter l’expérience… Et même s’il fait la tête sur les photos, il est plutôt satisfait du résultat !

Notre dernière étape au Guatemala nous a conduit à Antigua, superbe ville coloniale, classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO.  Nous avons déambulé dans les rues pavées, visité les nombreuses églises, nous sommes posés dans des petits cafés au milieu de petites cours dans de vieilles bâtisses… Et nous avons même fait une folie en allant manger des sushis car à Antigua, on trouve de tout ! Une ville à part, qui n’est pas vraiment à l’image du reste du pays mais qui fait plutôt penser à une ville mexicaine, voire européenne.

Nous avons fait l’excursion quasi incontournable au volcan Pacaya, qui est en activité permanente. La particularité de cette randonnée est que l’on peut s’approcher de très très près des coulées de lave. C’est particulièrement dangereux, surtout qu’à un moment a surgi du haut d’une « colline » une nouvelle coulée de lave inattendue, mais des dizaines de touristes font le déplacement chaque jour. Et il faut dire que le spectacle tend à faire oublier la dangerosité de l’endroit. Certains plantent même leur bâton en plein dans la lave, voire y font griller des marshmallows…

C’est plus parlant en film :

free video player & video platform - interactive video, online video solution: video player, video editor - kaltura
wordpress video - wordpress plugin for integrated video on video blogs, and video tools

Nous quittons à l’aube le Guatemala direction Copan, au Honduras, où se trouvent les troisièmes « grandes » ruines mayas (après Palenque au Mexique et Tikal au nord du Guatemala, souvenez-vous), réputées en particulier pour leurs inscriptions et leurs masques. Un peu hagards après un réveil à 3h30 ce jour-là, nous déambulons, un peu mous, entre les pierres et les superbes perroquets, et évitons de justesse un orage bien lourd. Le lendemain, on repart déjà, direction les îles !

Plus de photos d’Antigua et du volcan

Un peu plus de photos des ruines de Copan