Chiapas

Nous voici dans le Chiapas, région réputée pour être l’une des plus pauvres du Mexique, mais aussi pour ses Zapatistes, même s’ils ne font plus la une des journaux depuis un petit moment. La ville qui fut prise d’assaut par le commandant Marcos et ses acolytes (en 1994, ça fait déjà un fameux bail) sera notre première étape dans cette région particulière : j’ai nommé, San Cristobal de las Casas.
Les guides ne nous avaient pas menti en nous promettant une ville plus agréable que les autres villes mexicaines. A San Cristobal, nous avons découvert une ville où il fait tout simplement bon vivre, avec de nombreuses jolies petites rues et surtout, un trafic limité.

Depuis notre petite pension bien sympathique, avec jolie petite cour intérieure et wifi SVP, nous avons rayonné autour de San Cristobal pendant plusieurs jours. Nous avons ainsi pu naviguer au coeur du Cañon del Sumidero, impressionnant et abritant quelques animaux qu’on est plutôt habitué à voir au zoo :

Nous avons fait une bonne petite balade en VTT ; San Cristobal étant dans une vallée, on a bien pu constater qu’on manquait d’entraînement! Heureusement nous étions les seuls ce jour-là et notre guide a pu faire plein d’arrêts. Cette balade nous a permis de traverser quelques hameaux indiens inaccessibles par la route et moins habitués aux touristes.

Enfin, nous sommes allés visiter deux villes indiennes. La plus impressionnante fut la première, Chamula, qui compte quelques 80 000 âmes. De l’extérieur, cette ville ressemble aux autres villes que nous avons vues jusqu’à présent, mais notre guide va rapidement nous expliquer qu’elle a ses propres coutumes et ses propres lois. Quand nous sommes arrivés, il y avait devant le marché un grand attroupement, j’ai d’abord pensé que c’était une sorte de marché à la criée.

San Juan Chamula

San Juan Chamula

Eh bien non, il s’agissait en fait d’un jugement, rendu par le maire sur la place publique! Le maire est reconnu par l’Etat mexicain mais il est élu à mains levées et uniquement par les hommes (je rappelle qu’il y a 80 000 habitants à Chamula). Il y a bien d’autres particularités dans cette ville, mais celle qui surprend le plus et par là-même attire le plus de touristes est la conception qu’ont les indiens qui habitent cette ville de la religion. Il y a une église au coeur de Chamula, jadis construite par les Espagnols avant que les habitants ne se révoltent et expulsent les prêtres en dehors de leur ville.

L’église ne dépend plus du Vatican mais les rituels où subsiste une pointe de catholicisme n’y ont pas cessé. Nous n’avons pas pu prendre de photos à l’intérieur de l’église mais l’atmosphère qui y règne est complètement hallucinante. Imaginez une église, vide de tout siège, avec sur le sol ce qui semble à première vue être de la paille mais qui s’avère être des épines de pin. Le long d’un des murs, des vitrines alignées, dédiées chacune à un saint. Et, assis par petits groupes de 3 à 6 personnes, des hommes et des femmes, recueillis en cercle, allumant des cierges et des bougies multicolores, qu’ils « plantent » directement dans le sol, tout en buvant des soft drinks tandis que l’un d’eux, chamane, en ânonnant une prière, agite devant les bougies un poulet qu’il vient (dans l’église) de sacrifier… Assez surréaliste comme ambiance!

La deuxième ville nous paraîtra bien terne à côté : nous avons rendu visite à une « famille typique » qui après nous avoir montré comment se préparaient les tortillas et se tissaient les vêtements, a essayé de nous les vendre.

Notre guide nous a brossé un portrait fort intéressant de la situation des communautés indiennes que nous avons rencontrées et de leurs difficultés à continuer d’exister.

J’ai été un peu bavard jusqu’à présent, je vais donc laisser parler les images pour la dernière étape de notre traversée du Chiapas : nous ne sommes restés qu’une journée à Palenque, ville sans charme et sans intérêt, mais bordée par un magnifique site Maya. Nous n’avons pour l’instant jamais eu aussi chaud qu’en visitant ces ruines, heureusement assez tôt dans la matinée.

Plus de photos de San Cristobal

Plus de photos de Palenque

7 Responses

Write a Comment»
  1. Adeline

    Souvenirs souvenirs… oh la la, ça me replonge 5 ans en arrière. On avait adoré san cristobal, son ambiance sympatoche et son climat frais très appréciable surtout après s’être chopé une bonne vieille tourista sur les côtes du pacifique…
    bon j’arrête de m’emballer, faut que je retourne bosser :-)
    Bisous les aventuriers

  2. christine

    Superbes photos et commentaires très intéressants sur cette règion magnifique qui fait rêver et s’évader (surtout un lundi matin) …
    Merci et à bientôt pour la suite de votre beau périple.
    Gros bisous à vous deux.

  3. christine

    Merci pour l’heure locale et bonne nuit donc …

  4. Micheline/james

    Coucou les globe-trotters,
    Avec toutes ces belles photos »San Cristobal et Palenque »etc…et vos commentaires, j’ai l’impression de faire le voyage avec vous.Pas mal, l’ambiance de l’église de Chamula.Après les marches qu’il faut monter et descendre ainsi que toutes la visite de tous les sites, vous devez être heureux de vous reposer le soir devant une tortilla et un coup de rouge…s’il y en a. Le morceau de crocodile que nous apercevons étant d’une bonne longueur la totalité de la bête devait être impressionnante.Soyez certains que vos blogs sont lus avec grand plaisir et qu’ils sont toujours attendus avec impatience.
    Je vais essayer de ne pas être trop bavarde et j’envoie de grosses bises au Poisson Lune et à l’Iroquois.
    Bien, la gym tonic.A plus.james

  5. Josette

    J’en reste sans voix. Les couleurs sont irréelles tellement elles interpellent, les sites majestueux.

    J’ai l’impression que « le tour opérateur » déclenche les activités locales au moment de votre arrivée ou est-ce toujours la fête du tourisme ??
    Les photos ne donnent pas l’impression de misère mais de bonheur de vivre perpétuel.

    Voilà bien des émotions pour faire « oublier » les fortes chaleurs.

    Nous attendons la suite avec impatience…

    Profitez bien de ces moments inoubliables.
    Gros bisous de nous deux

    Josette

  6. Tibulle

    Super blog!
    c’est vraiment super de pouvoir vous suivre « au jour le jour » (hum…).
    cela me rappelle plein de souvenirs… Autant que je me souvienne Marcos n’a jamais été commandant mais sous-commandant. Alors : grand jeu concours : celui qui trouve qui est le commandant du Sub-commandante Marcos gagne une magnifie carte postale de Lyon !

    En tout cas je suis ravi de suivre vos périples!
    tibulle

Leave a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*